Poème imaginé à partir de mots donnés au hasard

Les yeux à demi-clos, lui parvint une musique

D’où venait-elle ? Réalité ou fiction ?

Dormir, mais avec cette lumière blanche, pas très pratique.

Image furtive d’un camion

crissement de pneu,

sensation de voler, légère.

Non, ce n’est pas sérieux.

Pourquoi suis-je étendue dans ces fougères ?

Elle arrive dans sa barque, elle me demande de ramer

Le rivage s’éloigne, dernier regard sur ce chêne.

De l’eau sur mon visage, des larmes salées.

Mourir fait toujours de la peine

Leave a Comment

Filed under poésies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.