L’aube

Tu viendras boire l’aube aux feuilles où l’aube pleure

et tu souriras

tu verras

la lueur rose de l’aurore éclabousser le ciel

et tu riras

tu partiras le cœur léger, libre , en ce matin d’été

confiant

dans la sûreté de tes pas

et la nuit ne tombera pas.

 

Monique. Consigne: poème à partir d’un vers d’un poème de Max-Philippe Delavouët

Leave a Comment

Filed under poésies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.